Le prix du pétrole va pénaliser le pouvoir d’achat en 2019

La mauvaise surprise du début de l’année est la hausse plus marquée qu’attendu du prix du pétrole. Alors qu’il était anticipé comme devant rester très en dessous de la moyenne 2018, il est actuellement sur celle ci au voisinage de 71 dollars le baril

Conséquence majeure, l’effet gain de pouvoir d’achat attendu pour 2019, et résultant de la baisse du prix de l’or noir par rapport à 2018, sera, a priori, beaucoup plus limité qu’attendu. Ce sera un frein à la dynamique de demande domestique et à la capacité pour celle-ci de compenser le choc externe du commerce mondial. Pour les émergents ce sera un peu plus marqué encore. On commence à voir des contributions positives dans certains pays.

Cette hausse résulte d’un effet demande, comme le suggère l’analyse de la Fed de New York, alors que l’effet offre est neutre. Ainsi en dépit de la forte hausse de la production US, celle ci est grandement compensée par la réduction de la production de l’OPEP.

Cette accélération de la demande est en phase avec la tendance passée (depuis 2010) alors que l’effet négatif d’une offre supplémentaire est stabilisé et n’a plus d’impulsion forte à la baisse du prix.

En conséquence le taux d’inflation attendu pour 2019 devra être révisé à la hausse. Les taux d’intérêt réels seront plus franchement négatifs. Sur la conjoncture immédiate c’est un nuage un peu gris qui s’approche avec de moindres gains de pouvoir d’achat.

Les européens divisés face aux britanniques

En dépit d’un ressenti catastrophique de la presse outre Manche, selon la thématique: « Les britanniques choisissent mais les européens décident » les anglais n’ont pas franchement perdu.

Après le référendum, la stratégie des britanniques était portée par l’idée que les intérêts nationaux allaient faire voler en éclat l’unité européenne derrière Barnier. Cela n’a pas fonctionné. Jamais les britanniques n’ont réussi à trouver la faille.

Le sommet du 10 avril a changé cela. May souhaitait un délai jusqu’au 30 juin pour éviter de rentrer dans un nouveau semestre européen. Le compromis des européens offre 3 mois supplémentaires. Ils seront lourds de conséquences. Les discussions pour décider de la durée du report ont montré des divisions. La perception du Brexit n’est plus la même entre les pays membres. Ensuite, si le délai va jusqu’à fin octobre, les britanniques seront impliqués dans le processus de désignation de la commission, du président de la BCE et encore du vote du budget structurel 2021-2027. Les risques de divergence des européens risquent alors d’être importants entre les européens. La présence des anglais dans ces négociations attisera cela même si May s’est engagée à rester neutre, mais comment rester neutre avec des élus européens ?

Et si les anglais avaient gagné? Rien ne dit que le 31 octobre ils seront sortis. Ils demanderont alors un délai supplémentaire. Pourquoi ne leur serait il pas accordé ?