Anticipations Hebdo du 9 Décembre 2013

Vous pouvez retrouver le document intégral ici
Anticipations Hebdo du 9 Décembre 2013

Les attentes de la semaine du 9 au 15 décembre

  • Les chiffres les plus importants viendront de Chine. Après le commerce extérieur de novembre publié durant le week-end seront mis en avant l’évolution de l’inflation (lundi), de la production industrielle, des ventes de détail et de l’investissement (mardi)
  • L’autre chiffre important sera celui des ventes de détail aux USA en novembre. La question est toujours celle de la robustesse des dépenses des ménages et donc de la demande intérieure américaine.
  •  En Europe il y aura aussi la publication des chiffres de production industrielle en Europe. Cela permettra d’affiner les prévisions pour les chiffres de croissance du dernier trimestre. Les données pour la France, l’Italie et le Royaume Uni seront publiées mardi, celui de l’Allemagne lundi et celui de la zone Euro jeudi. On notera aussi le chiffre de l’emploi en France au troisième trimestre

Les points majeurs à retenir en Europe du 2 au 8 Décembre

  • · Les enquêtes publiées pour le mois de novembre ont montré une plus grande hétérogénéité des dynamiques au sein de la zone. Cela traduit des pays qui n’évoluent plus à la même vitesse. C’est ce que traduit l’indicateur de la Z€ qui évolue peu d’un mois sur l’autre.
  • On notera ainsi le repli des indices manufacturiers espagnols et français, celui des indices relatifs à l’ensemble de l’économie en Italie et surtout en France. Ce dernier pays est toujours en retard sur la zone Euro
  • Repli des ventes de détail en octobre pour la Z€. La demande interne est toujours fragile.
  • La BCE a revu à la baisse ses prévisions d’inflation à 1.1% en 2014 et 1.3% en 2015 alors que la croissance est revue en hausse à 1.1% en 2014 et 1.5% en 2015. Cela ne modifie pas les orientations de la BCE puisqu’elle considère que l’inflation reviendra automatiquement à 2% dans le long terme. Peut-on s’en satisfaire? Sûrement pas

Les points majeurs à retenir aux USA du 2 au 8 Décembre

  • · Le chiffre de la croissance a été revu à la hausse pour le 3ème trimestre. Celle-ci s’inscrit désormais à 3.6% après 2.5% pour les 3 mois du printemps.
  • L’emploi a augmenté de 203 000 en novembre ce qui est un peu au-dessus de la moyenne observé depuis le début de l’année. Le taux de chômage s’est replié à 7%. En juin dernier Bernanke avait indiqué que la Fed s’arrêterait d’acheter des actifs financiers lorsque le taux de chômage arrivait à ce niveau. Mais dans la prévision ce chiffre était atteint à la mi-2014.
  • Ces chiffres sont-ils suffisant pour inciter la Fed à changer sa stratégie et à réduire ses achats d’actifs dès la réunion de la semaine prochaine? Les investisseurs ont répondu par l’affirmative. Cela s’est traduit par des tensions sur les taux d’intérêt et un repli des marchés boursiers.
  • Ces chiffres sont corrects mais ne traduisent pas une accélération de l’activité. Y-t-il nécessité d’intervenir très vite? Les convaincus l’affirmeront, les autres seront plus circonspects et à juste titre.

Les points majeurs en Asie et Latam du 2 au 8 Décembre

  • · Les indices d’enquêtes en Asie montrent une plus grande robustesse en novembre. L’activité est mieux orientée et les commandes ont tendance à s’accélérer. Cependant, à l’exception du Japon les flux de commandes à l’exportation ralentissent. Pour un grand mouvement haussier il faudrait une dynamique collective marquée par une hausse rapide des échanges.
  • Hausse de l’excédent commercial chinois à 34 Mds de dollars et une accélération des exports.
  • Au Brésil et en Russie les indices synthétiques du secteur manufacturier se sont marginalement repliés sous le seuil de 50. Il n’y a pas vraiment d’accélération de l’activité dans ses régions.
  • Au Brésil le PIB s’est repli de 1.9% en taux annualisé après une progression de 7.2% en T2.
  • Le point préoccupant est que l’investissement reste médiocre au Brésil. Il a encore chuté au cours de l’été malgré les préparations de la Coupe du Monde. L’investissement privé et productif a une allure médiocre, ce qui est très ennuyeux pour la croissance à venir

Le graphe de la semaine: Le PIB calculé à partir des revenus à la même ^progression que celle observée avant la crise. Ce n’est pas le cas du PIB mesuré à partir des dépenses qui est la mesure habituellement utilisée. Cela ne donne pas un profil conjoncturel identique et la mesure par les revenus suggère une économie plus robuste donnant finalement à la Fed les garanties nécessaires pour changer de stratégie monétaire.
USA-2013-T3-GDP-GDI