L’année blanche pour la fourmi

Avec le possible changement du mode de prélèvement des impôts sur le revenu et le passage au prélèvement à la source, l’idée d’une année blanche est souvent évoquée. Le contribuable bénéficierait d’une année de revenu sur laquelle il ne paierait pas d’impôt.

La logique est la suivante:
L’année T, le contribuable paiera son impôt sur ses revenus de l’année T-1. En T+1 après la réforme et le passage au prélèvement à la source il paiera l’impôt sur ses revenus de T+1.

Ainsi n’aura-t-il pas payé d’impôt sur ses revenus de l’année T. C’est cela l’année blanche.

Pour que le contribuable en bénéficie il faut qu’il ait épargné en T-1 les impôts qu’il paiera en T sur ses revenus de T-1. S’il n’a pas fait cette épargne et qu’il paie avec les revenus de l’année T ses impôts calculés sur ses revenus de T-1 alors il n’y a pas d’année blanche.

Celui qui est prévoyant bénéficie donc d’une année blanche car son épargne de 2018 ne servira pas au paiement de l’impôt de T+1 sur les revenus de T. Mais sont ils nombreux ?