Procrastination britannique – Un délai supplémentaire ne garantira pas un accord

Theresa May est à Berlin et Paris pour demander un nouveau délai. Il y a fort à parier qu’elle obtiendra du temps. Il est évoqué la date du 31 décembre 2019. C’est un peu moins que ce qu’évoquait Donald Tusk qui était prêt à aller jusqu’à un an.

Comme personne ne maîtrise les éventuelles conséquences d’une absence d’accord, aucun dirigeant ne prendra le risque d’être celui qui a enclenché le possible apocalypse.

Les dirigeants d’entreprise prennent des dispositions pour accompagner le Brexit mais aucun ne souhaite une rupture qui désorganiserait l’activité.

Cependant, cette procrastination a un coût. C’est vrai pour les anglais qui, s’ils n’avaient pas fortement stocké, seraient en récession depuis deux trimestres. C’est le cas de l’Union Européenne aussi. Toute réunion avec des collaborateurs, des clients, des banquiers ou des industriels fait la part belle aux inquiétudes sur le Brexit. Ne doutons pas que cette incertitude affecte les comportements et pénalise aussi la croissance de l’UE. On est ainsi dans une guerre d’usure en cherchant lequel craquera le premier. C’est peut être la pire des solutions car les coûts vont s’accumuler de part et d’autre de la Manche.

Car soyons clairs, un délai supplémentaire ne veut pas dire un accord du côté britannique à la date prévue. Les britanniques sont là pour encore un moment.