Un choc persistant sur l’économie mondiale – Ma chronique hebdo

Depuis l’automne, les inquiétudes et les incertitudes sur l’activité globale s’intensifient. Le repli rapide du commerce mondial traduit ce changement d’allure. De 4% de progression annuel en septembre 2018, son profil est désormais négatif avec, en janvier, une contraction de -0.4%. C’est ce renversement qui a provoqué les inquiétudes de l’OCDE et de la BCE les amenant à fortement réviser à la baisse leurs prévisions de croissance notamment en zone Euro.

Au cœur de la question conjoncturelle est celle du caractère permanent, persistant de ce choc. Sur ce point, il y a deux arguments qui sont liés et un troisième.

L’explication politique de ce repli est un premier point. Les contraintes tarifaires sur les échanges posées par la Maison Blanche ont modifié l’équilibre du commerce entre les USA et la Chine. Cela s’est traduit par un repli rapide des échanges en Asie depuis le début de l’automne. C’est le facteur principal du repli du commerce mondial. En visant la Chine directement, Donald Trump pénalise l’ensemble de la zone.

L’autre point est l’incertitude provoquée par le choix politique de la Maison Blanche. Incertitude sur la dynamique des échanges puisque les contraintes mises en œuvre sont accompagnées de menaces portant sur de nouvelles mesures tarifaires. Cela s’observe par exemple sur l’automobile allemande qui pourrait faire l’objet d’un droit de douane à 25%. La nouvelle menace américaine porte sur 11 milliards d’exportations européennes vers les US en raison de subventions européennes à Airbus. Ceci doit être tranché par l’OMC mais cette menace est renouvelée alors que Boeing est en difficulté avec le 737 Max.

Cette situation pourrait trouver rapidement une issue si un accord commercial était signé d’abord entre les USA et la Chine. Cela fixerait de nouvelles règles abaissant tout d’un coup l’incertitude. Les investisseurs ont envi de croire à ce développement pour retrouver les conditions d’une expansion durable. Cela parait cependant peu probable car les enjeux entre les deux pays portent sur le leadership technologique et aucun des deux ne voudra céder à l’autre ce qui serait admettre sa supériorité. Cependant, le regard nouveau de la Maison Blanche vers l’Europe suggère que le dossier des échanges internationaux n’est pas clos à Washington DC.