Encore un moment, monsieur le bourreau

Le parlement britannique est indécis. Le vote sur la possibilité d’un no deal est très partagé. 321 contre un no deal mais 278 en faveur d’une absence d’accord pour sortir.

La moitié des parlementaires souhaitent une sortie brutale de l’UE. L’idée, soutenue par de nombreux commentateurs, selon laquelle il suffirait d’abandonner la procédure de sortie parce que non populaire est fausse.

Ce qui est intéressant est que le parlement était très en faveur du “remain” juste après le référendum. Cela a pas mal évolué. C’est pour cela qu’un second référendum n’est en aucun cas une garantie d’un retour en arrière.

C’est cela la leçon du vote d’hier soir (mercredi).

Étape suivante ce soir avec le vote sur la demande de délai. Celui ci ne peut courir après le début du prochain semestre européen sinon les anglais devront voter aux élections pour le parlement européen.

Mais d’ici fin juin que peut on attendre de nouveau ? Et la Commission et les gouvernements européens vont ils valider cette prolongation pour pas grand chose.

Cet éventuel report fait penser à Madame du Barry demandant au bourreau le 8 décembre 1793 “Encore un moment monsieur le bourreau”. On sait que l’issue fut fatale.

Pour les britanniques, le plus difficile commence.

La principale conséquence du vote du parlement britannique de mardi soir est que Theresa May est sortie du jeu. Le pouvoir est désormais au parlement et à la commission européenne.

Le vote de ce soir (mercredi) porte sur le choix ou non d’un no deal. Si le no deal est choisi par les parlementaires alors les britanniques sortiront sans accord de l’UE le 29 mars.

Si le no deal n’est pas voté, un troisième vote aura lieu jeudi sur la possibilité d’un report de la date de sortie. Mais si May discute ce point avec la commission européenne c’est celle ci qui acceptera ou pas ce report. Comme l’a suggérée la porte parole de la commission, un tel report n’aura de sens que s’il permet a priori une avancée et un changement de perspectives.

Un report de 3 mois comme cela est souvent évoqué risque en plus de ne servir à rien. Theresa May restera premier ministre mais elle a déjà épuisé toutes ses ressources.

Le no deal gagne chaque jour du terrain.

Le pire pour les britanniques serait une démission de May et l’appel à des élections générales. Le risque serait un bololo institutionnel puisque une majorité serait difficile à trouver et un premier ministre aussi. La discussion sur un second référendum ne pourrait avoir lieu qu’à partir de là puisque Theresa May a exclu cette possibilité.

Pour les britanniques le plus difficile commence.

Révision de la croissance en zone Euro alors que le policy-mix est contraignant – Ma chronique hebdo

L’OCDE et la BCE ont, coup sur coup, révisé à la baisse leurs prévisions de croissance pour 2019 dans la zone Euro. L’organisation du Château de La Muette est désormais à 1% pour l’année qui s’ouvre contre 1.8% précédemment alors que la banque centrale de la zone Euro est à 1.1% contre 1.7% en décembre dernier. La croissance de la zone Euro passe sous sa croissance potentielle.
La raison principale de cette rapide accélération à la baisse de l’activité trouve sa source dans la décélération rapide du commerce mondial notamment dans sa composante asiatique. La politique de la Maison Blanche n’est pas étrangère à ce repli. Ce choc externe modifie en profondeur l’équilibre de l’économie de la zone euro.

L’économie de la zone est devenue une source d’inquiétude à l’échelle globale selon le message de l’OCDE. Au-delà de sa situation, son ralentissement et la forte et rapide révision à la baisse des prévisions pour 2019 sont aussi un choc pour l’économie mondiale. La zone Euro est un contributeur majeur à la dynamique du commerce mondial. Dès lors son ralentissement brutal devient un facteur supplémentaire d’inquiétude pour l’économie mondiale.
Le souci est qu’alors qu’elle est d’une taille considérable, la zone euro apparaît comme ballottée par les événements internationaux sans pouvoir y répondre franchement. Elle a profité de l’accélération des échanges en 2017 mais subit le récent choc négatif. Son incapacité à amortir les chocs est donc un souci global et pas simplement centré sur l’Europe.

Ce comportement reflète un degré d’ouverture qui s’accroît de façon continue alors que, par exemple, aux USA cette sensibilité aux échanges avec le reste du monde est stable dans le temps. L’Allemagne a un rôle considérable dans cette évolution comme le suggère le graphe. L’Italie et la France ont des degrés d’ouverture similaires (la plus grande dépendance au commerce mondial de l’Italie par rapport à la France comme exposé par l’OCDE est excessif. La France serait moins sensible que l’Italie d’où le maintien d’une croissance plus forte en 2019 (sic)).

Ce qui est finalement le plus choquant dans cette période de révision des prévisions de croissance c’est d’observer que ce repli rapide traduit l’absence d’accompagnement de ce choc par la politique économique.

Le policy-mix c’est-à-dire l’articulation entre politique budgétaire et politique monétaire est restrictif. Les conditions financières sont certes favorables en raison de la politique accommodante de la BCE mais la politique budgétaire est restrictive depuis trop longtemps et ne supporte pas l’activité. Le choc en provenance de l’économie mondiale n’est en aucun cas amorti par la politique économique menée par la zone Euro.

Le graphe montre le solde budgétaire primaire (hors paiement des intérêts) corrigé du cycle économique et exprimé en % du PIB potentiel. Cette mesure exprime le caractère restrictif ou pas de la politique budgétaire. Pour la zone Euro, le solde est positif traduisant une stratégie restrictive.

Pressions des américains sur les allemands quant à l’utilisation de la technologie chinoise

Les tensions entre la Chine et les USA portent sur le leadership technologique. Les chinois dont le rattrapage technologique a été rapide au cours des dernières décennies est aujourd’hui plutôt en avance sur la 5G et l’Intelligence Artificielle. Les USA n’acceptent pas, à juste titre, ce changement d’équilibre.
Le bras de fer va continuer et je n’imagine pas un accord commercial rapide car il supposerait qu’un des deux pays accepte le leadership de l’autre. Cela paraît totalement illusoire et c’est pour cela que l’environnement global va rester volatil.
Les USA font pression sur leur alliés afin de limiter l’influence chinoise. Pour s’en convaincre lisez cet article du Wall Street Journal publié cet après midi (11 mars). Il indique la pression des américains sur les allemands dans l’adoption d’un technologie 5G chinoise pour le renouvellement de leur réseau mobile.

L’article « Drop Huawei or See Intelligence Sharing Pared Back, U.S. Tells Germany » est ici en version originale

Voici le premier paragraphe en français
BERLIN — L’administration Trump a annoncé au gouvernement allemand qu’elle limiterait les renseignements qu’elle partageait avec les agences de sécurité allemandes si Berlin autorisait Huawei Technologies Co. à mettre en place l’infrastructure Internet mobile de la prochaine génération en Allemagne.
…..Lire la suite ici