Un choc persistant sur l’économie mondiale – Ma chronique hebdo

Depuis l’automne, les inquiétudes et les incertitudes sur l’activité globale s’intensifient. Le repli rapide du commerce mondial traduit ce changement d’allure. De 4% de progression annuel en septembre 2018, son profil est désormais négatif avec, en janvier, une contraction de -0.4%. C’est ce renversement qui a provoqué les inquiétudes de l’OCDE et de la BCE les amenant à fortement réviser à la baisse leurs prévisions de croissance notamment en zone Euro.

Au cœur de la question conjoncturelle est celle du caractère permanent, persistant de ce choc. Sur ce point, il y a deux arguments qui sont liés et un troisième.

L’explication politique de ce repli est un premier point. Les contraintes tarifaires sur les échanges posées par la Maison Blanche ont modifié l’équilibre du commerce entre les USA et la Chine. Cela s’est traduit par un repli rapide des échanges en Asie depuis le début de l’automne. C’est le facteur principal du repli du commerce mondial. En visant la Chine directement, Donald Trump pénalise l’ensemble de la zone.

L’autre point est l’incertitude provoquée par le choix politique de la Maison Blanche. Incertitude sur la dynamique des échanges puisque les contraintes mises en œuvre sont accompagnées de menaces portant sur de nouvelles mesures tarifaires. Cela s’observe par exemple sur l’automobile allemande qui pourrait faire l’objet d’un droit de douane à 25%. La nouvelle menace américaine porte sur 11 milliards d’exportations européennes vers les US en raison de subventions européennes à Airbus. Ceci doit être tranché par l’OMC mais cette menace est renouvelée alors que Boeing est en difficulté avec le 737 Max.

Cette situation pourrait trouver rapidement une issue si un accord commercial était signé d’abord entre les USA et la Chine. Cela fixerait de nouvelles règles abaissant tout d’un coup l’incertitude. Les investisseurs ont envi de croire à ce développement pour retrouver les conditions d’une expansion durable. Cela parait cependant peu probable car les enjeux entre les deux pays portent sur le leadership technologique et aucun des deux ne voudra céder à l’autre ce qui serait admettre sa supériorité. Cependant, le regard nouveau de la Maison Blanche vers l’Europe suggère que le dossier des échanges internationaux n’est pas clos à Washington DC.

Huawei versus America

Qui peut, au regard de cette carte, s’attendre à un accord sino américain sur le commerce? La vraie question porte sur le leadership techno ? Huawei a une étape d’avance sur les US.

La carte suggère que la firme chinoise est déjà en négociations avancées avec de nombreux pays de l’Asie à l’Europe en passant par l’Afrique et l’Amérique latine. Dans le même temps, les US s’interdisent de travailler avec Huawei. Le Japon, l’Australie, la Nouvelle Zélande et Taïwan ont fait alliance avec les Etats-Unis.

L’Allemagne a subi récemment des pressions américaines pour ne pas basculer sur des infrastructures Huawei pour le remplacement de son réseau mobile. Les allemands ont passé outre ce qui montre aussi le changement d’équilibre qui pourrait se dessiner au dessus de l’océan Atlantique.

Comment attendre un accord qui validerait la dominance de l’un sur l’autre? De la Chine sur les US?

Il y a ici un risque de choc persistant susceptible d’affecter la conjoncture au delà du trou d’air que tout le monde veut voir pour se rassurer.

Pressions des américains sur les allemands quant à l’utilisation de la technologie chinoise

Les tensions entre la Chine et les USA portent sur le leadership technologique. Les chinois dont le rattrapage technologique a été rapide au cours des dernières décennies est aujourd’hui plutôt en avance sur la 5G et l’Intelligence Artificielle. Les USA n’acceptent pas, à juste titre, ce changement d’équilibre.
Le bras de fer va continuer et je n’imagine pas un accord commercial rapide car il supposerait qu’un des deux pays accepte le leadership de l’autre. Cela paraît totalement illusoire et c’est pour cela que l’environnement global va rester volatil.
Les USA font pression sur leur alliés afin de limiter l’influence chinoise. Pour s’en convaincre lisez cet article du Wall Street Journal publié cet après midi (11 mars). Il indique la pression des américains sur les allemands dans l’adoption d’un technologie 5G chinoise pour le renouvellement de leur réseau mobile.

L’article « Drop Huawei or See Intelligence Sharing Pared Back, U.S. Tells Germany » est ici en version originale

Voici le premier paragraphe en français
BERLIN — L’administration Trump a annoncé au gouvernement allemand qu’elle limiterait les renseignements qu’elle partageait avec les agences de sécurité allemandes si Berlin autorisait Huawei Technologies Co. à mettre en place l’infrastructure Internet mobile de la prochaine génération en Allemagne.
…..Lire la suite ici

Gains de productivité réduits et Choc sur le commerce mondial Ma chronique hebdo

La conjoncture difficile des pays développés est le produit conjoint d’un choc négatif sur l’activité via le vif ralentissement du commerce mondial et d’une croissance de la productivité qui n’est pas suffisante pour engendrer un rebond rapide de l’activité. Le risque d’un choc persistant sur l’activité et l’emploi est d’autant plus fort que les politiques économiques ne disposent pas de capacités importantes pour amortir le choc et en reporter le coût dans le temps.

La baisse des gains de productivité est une vraie source de préoccupation notamment pour les économies développées. Pour faire simple, la productivité est la mesure du surplus engendré par le processus de production. Si l’on veut avoir une image c’est dire que, via les opérations productives, 1+1 fait un peu plus que 2. Le « un peu plus » que 2 représente les gains de productivité. Selon les périodes et l’efficacité du système productif, ce « un peu plus » est plus ou moins important. Par le passé, les gains de productivité étaient très importants (+5.8% par an en moyenne en France durant la décennie des années 1960) et ont permis notamment la baisse tendancielle du temps de travail, la hausse des revenus salariés et la mise en place d’un système de sécurité sociale efficace (gains de productivité=évolution de la production en volume par heure travaillée). Plus ce surplus est élevé, plus le système productif dispose de marges pour redistribuer largement ces gains vers l’ensemble des citoyens.

Par ailleurs, en raison de la nature même du processus, ces gains créent une dynamique endogène qui permet d’amortir les chocs et de retrouver rapidement le chemin de la croissance et de l’emploi. Plus les gains sont élevés plus l’économie a la capacité de repartir rapidement et sur une échelle importante.

La période actuelle, celle de l’après crise de 2008, est caractérisée par un net ralentissement de la production par heure travaillée dans tous les pays développés. C’est ce que montre le tableau qui présente la croissance annuelle moyenne de la productivité selon 3 horizons : une période longue entre 1990 et 2007, la période depuis la reprise américaine en 2009 et celle depuis la reprise en Europe en 2013.

Forte baisse du commerce mondial en décembre

Le commerce mondial ralentit vivement. Au dernier trimestre 2018 par rapport au dernier trimestre 2017, les échanges ne progressent plus que de 1.5% contre 3.9% en octobre. L’ajustement n’est pas fini si l’on suit l’indicateur Markit des commandes à l’export aux USA, Japon et Zone Euro.

L’Asie est la région qui contribue le plus à ce ralentissement. Sa contribution sur 3 mois à la croissance mondiale des importations est passée de +4.8% en septembre à -5.3% en décembre. Ce choc persistant est la résultante des choix faits à la Maison Blanche. La brutalité du mouvement explique le changement de perspectives sur l’activité depuis l’été dernier mais aussi la vision différente de la Fed quant à sa politique monétaire.