Encore un moment, monsieur le bourreau

Le parlement britannique est indécis. Le vote sur la possibilité d’un no deal est très partagé. 321 contre un no deal mais 278 en faveur d’une absence d’accord pour sortir.

La moitié des parlementaires souhaitent une sortie brutale de l’UE. L’idée, soutenue par de nombreux commentateurs, selon laquelle il suffirait d’abandonner la procédure de sortie parce que non populaire est fausse.

Ce qui est intéressant est que le parlement était très en faveur du “remain” juste après le référendum. Cela a pas mal évolué. C’est pour cela qu’un second référendum n’est en aucun cas une garantie d’un retour en arrière.

C’est cela la leçon du vote d’hier soir (mercredi).

Étape suivante ce soir avec le vote sur la demande de délai. Celui ci ne peut courir après le début du prochain semestre européen sinon les anglais devront voter aux élections pour le parlement européen.

Mais d’ici fin juin que peut on attendre de nouveau ? Et la Commission et les gouvernements européens vont ils valider cette prolongation pour pas grand chose.

Cet éventuel report fait penser à Madame du Barry demandant au bourreau le 8 décembre 1793 “Encore un moment monsieur le bourreau”. On sait que l’issue fut fatale.

Pour les britanniques, le plus difficile commence.

La principale conséquence du vote du parlement britannique de mardi soir est que Theresa May est sortie du jeu. Le pouvoir est désormais au parlement et à la commission européenne.

Le vote de ce soir (mercredi) porte sur le choix ou non d’un no deal. Si le no deal est choisi par les parlementaires alors les britanniques sortiront sans accord de l’UE le 29 mars.

Si le no deal n’est pas voté, un troisième vote aura lieu jeudi sur la possibilité d’un report de la date de sortie. Mais si May discute ce point avec la commission européenne c’est celle ci qui acceptera ou pas ce report. Comme l’a suggérée la porte parole de la commission, un tel report n’aura de sens que s’il permet a priori une avancée et un changement de perspectives.

Un report de 3 mois comme cela est souvent évoqué risque en plus de ne servir à rien. Theresa May restera premier ministre mais elle a déjà épuisé toutes ses ressources.

Le no deal gagne chaque jour du terrain.

Le pire pour les britanniques serait une démission de May et l’appel à des élections générales. Le risque serait un bololo institutionnel puisque une majorité serait difficile à trouver et un premier ministre aussi. La discussion sur un second référendum ne pourrait avoir lieu qu’à partir de là puisque Theresa May a exclu cette possibilité.

Pour les britanniques le plus difficile commence.

Interrogations sur les prévisions de croissance de la Commission Européenne

Retrouvez ce post en format pdf: Interrogations sur les prévisions de la CE

La Commission Européenne a publié ses prévisions d’automne. Les chiffres ont été révisés à la baisse par rapport aux prévisions du printemps dernier (le chiffre de croissance attendu pour 2014 était de 1.2%, il est désormais de 1.1%) et intègrent désormais ceux de l’année 2015.
On ne rentrera pas dans le détail par pays, le tableau de la zone Euro décrivant bien les problématiques que l’on peut se poser sur le scénario privilégié par la Commission.

Le tableau ci-dessous reprend les prévisions pour quelques agrégats Lire la suite