Recul violent du prix du pétrole

La chute récente du prix du pétrole est impressionnante. Elle traduit un changement d’anticipations sur le marché et un equilibre davantage dominé par les USA que par l’Arabie Saoudite.

On voit sur le graphe le niveau à atteindre mois après mois pour alimenter l’inflation.

Tout chiffre en dessous du niveau de 2018 se traduira par une contribution négative et un taux d’inflation inférieur au taux d’inflation sous-jacent. Les anticipations d’inflation resteront réduites provoquant le maintien de taux d’intérêt bas quelle que soit la maturité.

Pas d’acceleration de l’inflation dans les prochains mois

Le prix du pétrole est, au 19 décembre, 20% au dessous de sa moyenne 2018. La contribution de l’énergie au taux d’inflation va rapidement être négative. L’inflation tombera au dessous de 1% en zone euro en 2019. (Le prix du pétrole est la principale source de fluctuation de l’inflation à la hausse et à la baisse. Cette fois ci ce sera à la baisse)

Pour une contribution nulle à l’inflation, en moyenne sur 2019, le prix du pétrole devrait déjà progresser de 25% Ce n’est qu’au delà de 25% de hausse en moyenne sur 2019 que l’inflation ira au dessus de l’inflation sous jacente (voisine de 1%). Pas de précipitation de la BCE dans la gestion de sa politique monétaire.

Baisse rapide du prix du pétrole =>Fort ralentissement attendu de l’inflation

Le prix du pétrole est revenu à un niveau comparable à celui de l’an dernier. La hausse de la production US implique un excès d’offre qui se traduit par une accumulation de stocks aux Etats-Unis et une baisse du prix.

La conséquence majeure va être le fort ralentissement de l’inflation dans les prochaines semaines. Elle va très vite converger vers l’inflation sous-jacente. La contribution de l’énergie qui est, en octobre, un peu supérieure à 1%(soit près de la moitié de l’inflation qui était à 2.2%) va s’effondrer rapidement à l’image du profil du prix de l’or noir. Lire la suite

Attention danger

WASH­ING­TON—The U.S. ex­pects all coun­tries to cut oil im­ports from Iran to “zero” by Nov. 4 or risk sanc­tions, a se­nior U.S. State De­part­ment of­fi­cial said on Tues­day, ex­press­ing a tough­en­ing of the Trump ad­min­is­tra­tion’s Iran pol­icy as Wash­ing­ton tries to po­lit­i­cally and eco­nom­i­cally iso­late Tehran.

www.wsj.com/articles/u-s-signals-zero-tolerance-on-future-iran-oil-exports-1530028859