Accord de l’OPEP: l’Arabie grande gagnante

L’accord sur une hausse de la production au sein de l’OPEP va principalement profiter à l’Arabie Saoudite. Elle détient des capacités pour produire davantage alors que l’Iran verra sa production reculer (sanctions) et qu’au Venezuela la production continue de se contracter en raison d’un désordre interne fort.

Le changement dans cet accord est que la hausse est globale et non par pays. Le système des quotas bat de l’aile. C’est aussi pour cela que l’Arabie en tirera profit.

Autrement les USA et son allié l’Arabie sont les grands gagnants de cet accord

Lire davantage ici

www.bloomberg.com/view/articles/2018-06-22/trump-and-saudis-win-big-in-opec-deal

Quel est le prochain cygne noir?

La chute du prix du pétrole depuis la mi-2014 révèle des déséquilibres majeurs qui pourraient être à l’origine de ruptures à venir pour l’économie globale. C’est ce que suggère Marcello Minenna lorsqu’il se penche sur la situation de l’Arabie Saoudite.
En 2011 son solde budgétaire est excédentaire (20% du PIB), ses réserves de changes sont de 700 Milliards de dollars et sa dette publique est nulle. Mais après la baisse du prix du pétrole, son déficit public est de 16% du PIB en 2015, ses réserves de changes sont inférieures à 600 Milliards et sa dette publique est de l’ordre de 10% du PIB.
Peut on dans ses conditions anticiper une stratégie de remontée des prix du pétrole alors que l’économie globale est peu dynamique?

La réponse de Marcello Minenna
Saudi Arabia: The Next Black « Swan » For The Global Economy

Just two weeks ago, the Saudi government announced that in September it will hit the international bond markets with a Dollar denominated issue. In the Kingdom’s history, this is the first foreign debt issue. Incredible though it may appear, the sheiks, holders of the world’s largest oil reserves, appear cash-starved. The Saudi monarchy that in 2011 was achieving an astounding fiscal surplus of 20% of GDP with zero public debt and sitting on over $700 billion of foreign reserves, has markedly seen its fortunes go into reverse since the oil price collapse in mid-2014. In 2015 the surplus morphed into a nasty deficit of up to 16% of GDP, public debt climbed to 10% while the currency reserves declined to below $ 600 billion. The Kingdom enacted even a few cuts in public expenditures, a measure unheard-of in the land of a guaranteed lifetime employment in the government sector.

Lire la suite Saudi Arabia: The Next “Black Swan” For The Global Economy