La conjoncture française manque cruellement d’impulsion en Octobre

Les indicateurs publiés par l’INSEE ce matin sur la dynamique conjoncturelle suggèrent toujours une absence d’impulsion à l’échelle globale, des risques d’essoufflement notamment dans  la distribution et une hausse de l’activité plus réduite dans l’industrie.

Le premier graphe montre que depuis plus d’un an maintenant la dynamique conjoncturelle française manque d’impulsion. La période du « ça va mieux » de l’automne 2014 à l’automne 2015 a fait place à une longue période d’expansion réduite. On ne sait pas au regard de cette allure et en scrutant le détail des enquêtes d’où viendra le changement de profil. (voir ici une remarque que je faisais en septembre) Lire la suite

La conjoncture française manque de ressort

L’indice du climat des affaires s’est inscrit à 101 au mois d’août. C’est marginalement au dessus de sa moyenne de long terme (100 par construction). Depuis octobre 2015 cet indicateur issu des entreprises est stable. Sa moyenne est à 101.1.
Il y a là la même problématique que celle évoquée sur la zone Euro il y a deux jours (voir ici). L’économie française ne semble pas capable d’accélérer au delà des rythmes actuels constatés sur le PIB. Cela n’est pas suffisant pour créer une dynamique auto-entretenue. On observe ce phénomène sur le graphe suivant. Lire la suite

Activité réduite et BCE accommodante – Ma chronique macroéconomique

8 points à relever pour suivre la conjoncture cette semaine

Point #1L’activité mondiale toujours en difficulté
La production industrielle mondiale n’a progressé que de 1% sur 12 mois en février. C’est la progression la plus faible depuis décembre 2009.
Monde-2016-fevrier-prodInd
La distribution entre pays développés et émergents montre que l’inflexion des pays développés est marquée en ce début d’année. Qu’est ce qui pousserait les banquiers centraux à être plus restrictifs. Lire la suite

France – La conjoncture s’ennuie

L’indice synthétique du climat des affaires calculé par l’INSEE retombe en mars sur sa moyenne de long terme. Après une courte escapade au-dessus de sa moyenne de long terme, l’indice s’essouffle.
Certes, au regard de cet indicateur, la conjoncture a rebondi, depuis la fin 2014, sortant des affres de 2012 à 2014. Pour autant la dynamique qui permettait à l’activité de progresser bien au delà de sa moyenne de long terme est émoussée. En 1992/1993 après la récession liée aux secousses sur le Système Monétaire Européen l’indice avait franchement rebondi au voisinage de 110. Une telle allure n’est pas observable aujourd’hui.
Cela ne signifie pas que la conjoncture va repartir dans le mauvais sens mais simplement qu’elle n’a pas d’impulsion robuste et durable. C’est sur ce point là que la note de conjoncture de l’INSEE est, à mon sens, trop optimiste, les sources d’impulsion sont plus limitées qu’attendues. Lire la suite