La Fed va continuer son resserrement monétairei

La déclaration de Jay Powell, hier, a fait bouger les marchés financiers avec une hausse rapide des actions. Il aurait déclaré que le taux de la Fed était désormais proche du taux neutre, celui qui ne contraint ni ne favorise l’activité.

Pris comme cela cela signifierait que la Fed est proche d’arrêter le mouvement de hausse de son taux de référence entrepris en décembre 2015.

Cette interprétation est très excessive au regard de ce que dit effectivement Powell. Il dit que le taux est proche du bas du range d’estimation du taux neutre. En d’autres termes, le taux neutre est défini sur un intervalle et non sur un point. Powell dit que la Fed se rapproche du bas de l’intervalle. Ce n’est pas la même chose surtout aussi parce qu’il précise que la croissance restera forte et l’inflation voisine de 2%. Le discours n’a pas franchement changé, la Fed continuera d’augmenter son taux de référence, mais son interprétation a été excessive et a provoqué, à court terme, des mouvements de marchés exagérés.

Le texte de Powell es repris ci-dessous

La Fed va continuer

Selon la #Fed l’économie US va bien. Les conditions sont donc remplies pour une 4ème hausse de taux en 2018 lors de la réunion de décembre (18-19). La Fed poursuit sa stratégie de rééquilibrage du policy-mix trop accommodant (pol.budgétaire excessive) dans une économie au plein emploi. Elle continuera en 2019 pour éviter l’apparition de déséquilibres qui seraient pénalisants pour l’économie US dans le long terme.

Le dollar, reflet de la puissance politique des USA

Dans une tribune récente, le ministre des affaires étrangères allemand, Heiko Maas, indiquait la nécessité de refonder les relations entre l’Europe et les Etats-Unis. La divergence qui s’installe progressivement  entre les deux régions obligerait à repenser leurs relations à l’aune des évolutions récentes et à réfléchir à l’autonomie de l’Europe tant sur le plan diplomatique que militaire ou financier. 

Ce point de vue a été désavoué par la chancelière allemande Angela Merkel qui ne veut pas valider une telle divergence. Cela fragiliserait la relation très ancienne entre l’Allemagne et les Etats-Unis qui a construit les relations nord atlantique. Cela obligerait aussi à davantage d’intégration politique en Europe ce qui n’est pas souhaité par les allemands. Ils préfèrent une sorte de fédéralisme sans gouvernement fédéral mais avec des règles strictes pour chaque Etat. C’est un peu l’inverse de ce que souhaite le président français Emmanuel Macron qui développe l’idée d’un budget européen d’une taille significative pour peser sur l’allure de la construction européenne.

Une question posée par Heiko Maas est celle de la dépendance au dollar. Lire la suite

La guerre commerciale s’amplifie

Trump veut étendre les sanctions tarifaires à 200 mds d’importations provenant de Chine au lieu de 50. Cela fait suite aux mesures de représailles de la Chine. Seulement la Chine n’importe pas 200 mds des US. Il lui faudra trouver d’autres mesures.

La guerre commerciale prend de l’ampleur et pénalisera forcément la croissance si elle continue.