La macroéconomie après la crise

Olivier Blanchard en réécrivant son manuel de macroéconomie s’est penché sur la façon dont la crise a modifié l’approche de l’analyse de court terme. Le texte est ci-dessous. Il est très instructif

How to Teach Intermediate Macroeconomics after the Crisis?

June 2, 2016 2:15 PM

Having just concluded a seven-year run as chief economist of the International Monetary Fund, and having to rewrite the seventh edition of my undergraduate macroeconomics book (link is external) , I had to confront the issue: How should we teach macroeconomics to undergraduates after the crisis? Here are some of my conclusions (I shall focus here on the short and medium runs; it will take another blog to discuss how we should teach growth theory).

The Investment-Saving (IS) Relation

The IS relation remains the key to understanding short-run movements in output. In the short run, the demand for goods determines the level of output. A desire by people to save more leads to a decrease in demand and, in turn, a decrease in output. Except in exceptional circumstances, the same is true of fiscal consolidation.

I was struck by how many times during the crisis I had to explain the “paradox of saving” and fight the Hoover-German line, “Reduce your budget deficit, keep your house in order, and don’t worry, the economy will be in good shape.” Anybody who argues along these lines must explain how it is consistent with the IS relation.

Lire la suite ici http://bit.ly/Blanchard_Macro

Martin Anota, que je vous recommande de suivre sur Twitter (@martin_anota), a fait une traduction partielle de ce texte de Blanchard – Voir ici http://bit.ly/Anota_Blanchard

Olivier Blanchard – Le grand économiste français quitte le FMI

L’économiste français  Olivier J. Blanchard qui dirigeait la recherche économique au FMI depuis septembre 2008 a pris sa retraite de l’institution internationale. Il était déjà professeur émérite au MIT (voir ici sa page personnelle sur le site du MIT). 

Steven Pearlstein a écrit un très beau et très complet portrait dans le Washington Post. Je vous incite à le lire à la fois pour sa carrière au MIT et ses apports dans la compréhension pointue de la macroéconomie mais aussi pour l’histoire qu’il a contribué à écrire lorsqu’il était au FMI.

On peut lire aussi l’article plus court de Paul Krugman lui rendant hommage notamment sur sa période au FMI et la façon avec laquelle Olivier Blanchard a fait bouger les lignes de la politique économique. 

A titre personnel, c’est un auteur remarquable car il a toujours essayé, dans ses livres ou ses articles, d’améliorer la compréhension que l’on pouvait avoir de phénomènes complexes avec des modèles simples. Sur cet aspect il me fait penser au grand James Tobin. 

Le 1er octobre, Olivier Blanchard a démarré une nouvelle carrière au Peterson Institute (voir ici) et nous bénéficierons encore de son talent. Peut être aura-t-il un jour l’idée d’écrire sur la crise telle qu’il l’a vécue comme chef économiste du FMI. Je suis prêt à réserver mon exemplaire dès maintenant. 

L’article de Steven Pearlstein est ici

L’article de Paul Krugman est ici 

Olivier Blanchard’s tenure at the IMF capped a lifelong effort to restore economics as a disciplined way of thinking about the world that is truthful, intuitive and useful. (Marvin Joseph/The Washington Post)