Conjoncture globale du 7 Octobre

Retour sur les éléments conjoncturels de la semaine passée (ISM, Markit, Emploi, Inflation en zone Euro) et sur les éléments de la semaine qui s’ouvre.
Ce podcast est disponible sur les applications pour mobile: Soundcloud, Anchor, Spotify, Googlz Poscasts (Android) et Breaker)

Le verbatim du podcast est disponible sous format pdf 
ConjonctureHebdo-7Octobre 2019

Les chiffres à venir. Semaine du 1er au 7 juillet

Les principaux points

  • L’indice ISM du secteur manufacturier (1er juillet) sera le principal indicateur pour la semaine à venir. Le ralentissement du cycle économique américain pourrait se confirmer en juin. 
  • Le marché du travail américain est l’autre indicateur majeur (7 juillet). Sa dynamique a récemment changé en raison d’une allure moins robuste du cycle économique.
  • Les indices Markit pour le secteur manufacturier (1er juillet) et pour le secteur des services (3 juillet) montreront le risque d’une récession mondiale pour le secteur manufacturier. L’espoir pour la zone euro est un indice fort dans le secteur des services qui permettra de prolonger la dynamique de croissance.
    L’enquête Tankan au Japon sera publiée le 1er juillet.
  • L’emploi en Allemagne en juin (1er juillet) et les ventes au détail en mai (3 juillet) montreront si la demande intérieure maintient une allure robuste ou s’il est nécessaire de renforcer la politique économique pour atténuer l’impact du choc négatif du commerce mondial sur l’économie allemande.
  • Les ventes au détail dans la zone euro (4 juillet) pour le mois de mai seront un bon indicateur de la vigueur de la demande interne pour la zone euro.

Pour voir le document en anglais c’est ici

Juste un coup de froid pour l’Allemagne ?

At l’Allemagne comment ca va ? Pas très fort ? Est ce juste un coup de froid ou est ce plus grave ? Avec la Maison Blanche qui pense que l’économie mondiale est un jeu à somme nulle cela pourrait aller bien au delà du refroidissement. Celui ci pourrait n’être que le premier symptôme de quelque chose de plus grave

Contraction du secteur manufacturier mondial

L’indice mondial de l’enquête Markit pour le secteur manufacturier passe sous le seuil de 50 au mois de mai. C’est ce que montre le graphe. L’indice avait connu un point haut en décembre 2017 mais ralentit depuis et se contracte même en mai 2019.

Le mouvement de repli est d’une grande rapidité et montre à la fois que pour certaines régions la hausse de 2017 n’était pas soutenable (Zone Euro) mais surtout que, tout au long de 2018, est mis en place un cadre non coopératif et non coordonné à l’échelle globale, principalement sous l’impulsion du président américain.
La contraction (on parlera de récession du secteur si l’indice passe durablement au-dessous de 50) du secteur manufacturier reflète le net ralentissement des échanges (on échange principalement des biens manufacturiers) provoqué par la hausse des tarifs douaniers mis en place par la Maison Blanche.

Le détail par grandes zones montre que le repli récent résulte de la fin de l’impulsion budgétaire américaine (les 2 indices américains s’étaient écartés fortement de l’allure de l’indice mondial pour des raisons liées à la politique budgétaire). Très brutalement l’indice Markit a chuté à 50.5 pendant que l’indice ISM, plus volatil, revenait à 52.1. L’impulsion américaine n’est plus ce qu’elle était.
La Chine est juste au-dessus de 50 et la zone Euro reste en zone de contraction. Non montré sur le graphique l’indice émergent est encore un peu au-dessus de 50 à 50.4 mais l’indice BRIC est à 50.8. Les BRIC vont un peu mieux que les émergents non BRIC. Le Royaume Uni passe sous le seuil de 50 à 49.4 et le Japon replonge sous le seuil de 50 à 49.8.

En zone Euro, l’indice global reflète les fragilités de l’Allemagne. Néanmoins aucun autre pays n’a la capacité de contrebalancer la fragilité observée outre-Rhin.

En gros le secteur manufacturier des pays développés tend à se contracter, son indice est à 49.2 alors que les émergents ne ralentissent que plus lentement. Les deux régions sont dans des zones préoccupantes.
Le risque est une extension en territoire négatif de ces indicateurs. En effet, la baisse profonde des taux d’intérêt de long terme traduit le pessimisme des investisseurs qui n’ont plus envie de faire de paris sur l’avenir. Si cette perception est prolongée, alors on ne peut pas exclure une contraction supplémentaire de l’activité et des échanges.

La stabilisation du secteur manufacturier global vient des émergents

Dans les enquêtes Markit de mars, on retiendra deux points.
Le premier est la presque stabilisation de l’indice mondial à 50.6. A l’exception du rebond temporaire d’avril 2018, c’est la première fois que l’indicateur se stabilise depuis le point haut de décembre 2017. Ce n’est pas encore suffisant mais cela peut être une première étape

Le deuxième point est que cette amélioration tient principalement aux émergents et à la Chine en particulier. L’indice émergent se redresse à 51 contre 50.6 en février. Outre la Chine, la Russie, Taiwan ou encore la Corée du sud ont une allure plus robuste. Dans le même temps l’indice US se replie et celui de la zone euro aussi (voir ici).
La remontée de l’ISM manufacturier aux USA suggère néanmoins que l’activité aux USA ne ralentit pas. Juste une remarque ici: les données américaines deviennent très volatiles avec des fluctuations fortes d’un mois sur l’autre (emploi, ventes de détail, vente de maisons neuves).

La zone Euro ralentit vivement en mars

La publication des indices Markit du mois de mars confirment la pression baissière sur l’activité. Les indices avancés publiés pour la zone Euro, l’Allemagne et la France, le 22 mars, ont été révisés à la baisse. Ce n’est jamais un très bon signal quant à la vigueur de l’activité. Cette révision a été marginale en zone Euro (de 47.6 à 47.5) et en France (49.8 à 49.7) mais plus marquée en Allemagne de 44.7 à 44.1. Il n’a pas été aussi faible depuis juillet 2012.
Pour la zone Euro, l’indice n’a pas été aussi bas depuis juin 2013 mais à l’époque le mouvement était haussier alors qu’ici il traduit une détérioration de l’activité.
Pour les 2 autres grands pays que sont l’Espagne et l’Italie, on note un léger rebond en Espagne de 49.9 en février à 50;9 en mars alors que la situation italienne continue de se dégrader, l’indice passant de 47.7 à 47.4.

Une bonne explication est l’allure des échanges internationaux. L’Allemagne est franchement pénalisée par la contraction des échanges en raison d’un taux d’ouverture supérieur à 44%. Tout choc sur le commerce mondial a un impact immédiat sur elle.
De façon plus générale, en raison des échanges très fournis entre pays de la zone, tout choc externe est amplifié par un effet de contagion et pénalise l’activité de tous. Cela avait joué très favorablement à la hausse en 2017 mais joue à la baisse aujourd’hui.
L’Allemagne voie ses commandes à l’export révisées à la baisse par rapport à l’estimation avancée de mars (38.9 contre 39.5 initialement). Pour la France, le chiffre est inchangé.

La politique économique active de la zone Euro ne passant que par la politique monétaire, qui n’en peut plus d’être accommodante, le choc n’est pas amorti et se propage ainsi avec un effet de persistance. Sauf un retournement brutal et inattendu du commerce mondial, l’inversion de la tendance en zone Euro ne se fera pas rapidement. Il faudrait avoir la capacité de soutenir la demande domestique pour cela via des moyens budgétaires. Ce n’est pas la thématiques même si la France joue un peu le jeu contrainte et forcée.

Le choc manufacturier en Allemagne: IFO vs Markit

Le modeste rebond de l’indice IFO en mars est parfois interprété comme le contrepoint au caractère excessif de l’indice Markit publié vendredi dernier.
Il y a effectivement une opposition en mars entre l’allure des deux indicateurs. L’un repart à la hausse alors que l’autre se replie à nouveau.

Cependant, ce qui a choqué dans l’indice Markit c’est le repli brutal du secteur manufacturier alors que le secteur des services se tenait plutôt bien. L’indice manufacturier s’est inscrit à 44.7 contre 47.6 en février. Il se contracte ainsi pour le 3ème mois consécutif de façon significative. En revanche l’indicateur composite des services (calculé comme l’ISM non manufacturier) est stable en mars à 53.7 comme en février.
Le coupable est donc l’indice manufacturier. Pourtant lorsque l’on compare l’indice manufacturier de Markit et celui de l’IFO on a exactement le même profil.

Le point haut des deux indices est quasi le même et la rupture constatée depuis le début de 2018 est similaire.
L’économie allemande subit le choc du commerce mondial via son secteur manufacturier que celui ci soit mesuré par l’IFO ou par Markit.
L’allure des services entre les deux mesures n’est pas la même et c’est ce qui différencie les indicateurs synthétiques des deux enquêtes. Mais les services reflètent davantage le marché domestique que la sensibilité de l’économie allemande au commerce mondial via le secteur manufacturier.
Le choc externe est fort et brutal outre-Rhin et il faudra d’abord que celui ci se stabilise avant que l’économie ne reparte de l’avant. Cela prendra du temps justifiant ainsi les prévisions pessimistes sur l’Allemagne.