Taux de la BCE: un calcul amusant

Les banquiers centraux sont très attentifs au taux de chômage. Janet Yellen l’évoquait à chaque réunion ou conférence de presse comme l’indicateur ultime. Elle a d’ailleurs réussi à mener l’économie US au plein emploi lorsqu’elle a quitté son poste. Mario Draghi évoque peu le taux de chômage lors de ses conférences de presse. Cependant, au regard de la courbe de Phillips de la zone Euro, on peut imaginer que le taux de chômage pourrait encore nettement baisser avant que ne se manifestent des tensions inflationnistes. Le taux de chômage d’équilibre (ou non inflationniste) a probablement baissé lors de la phase conjoncturelle actuelle. Selon les calculs de la Commission Européenne il serait de 8.4% à comparer à 8.5% qui est le taux de chômage actuel en zone Euro. En dépit d’un écart réduit entre les deux mesures, on ne perçoit pas les prémices de tensions nominales. Le taux d’équilibre est probablement plus bas.
Quelle cohérence entre le taux de chômage US et celui de la zone Euro ? La comparaison est amusante. Lire la suite

Quelle valeur pour le dollar? Taux de chômage en France – Ma chronique du lundi

La relance budgétaire considérable observée aux USA, via la hausse des dépenses (1% du PIB en 2018 et 2019) et la baisse de la fiscalité, doit être perçue comme un choc à l’échelle internationale. L’homogénéité des politiques économiques constatée dans les pays développés et à la source de la reprise de la croissance observée depuis 2017 est désormais un vieux souvenir.

La politique budgétaire menée aux USA va nécessairement provoquer un ajustement entre les blocs économiques et notamment entre les Etats-Unis et la zone Euro. Cela passera forcément par le taux de change. Jusqu’à présent, la monnaie américaine a tendance à se déprécier que l’on regarde le taux de change effectif (nominal ou réel) ou que l’on regarde la parité entre le billet vert et l’euro.
La question qui est posée est celle de l’orientation de la monnaie américaine au cours des prochains mois. Le billet vert va-t-il s’apprécier ou doit-il inexorablement se déprécier en raison des déséquilibres provoqués par la politique de la Maison Blanche et du Congrès.

Depuis 2007, il y a une cohérence d’évolution entre les anticipations des politiques monétaires américaine et de la zone Euro et la parité euro contre dollar. L’attente d’une politique monétaire plus restrictive aux USA s’est traduite tout au long de ces années par une appréciation du billet vert. C’est ce que montre le graphe. On voit cependant que depuis l’automne 2017 il y a une forte divergence entre les deux indicateurs. Le taux de change est à 1.24 alors que les anticipations des politiques monétaires le fixeraient davantage vers la parité.
C’est ce point qu’il convient de comprendre alors que les politiques économiques changent aux USA.
Dollar-euro-taux-19fevrier2018

On pourrait ici se référer à la période du début des années 80 lorsque le billet vert s’était fortement apprécié sous l’effet de taux d’intérêt réels bien plus élevés aux Etats-Unis que dans le reste des pays développés. Cela avait traduit alors l’impact de la politique très restrictive de Paul Volcker à la tête de la Fed au tout début des années 80 puis par la suite aux effets de la politique budgétaire très expansionniste de Ronald Reagan dont la conséquence avait été de dégradée durablement le solde budgétaire et celui de la balance courante. Lire la suite

Le taux de chômage se replie encore en France

Le taux de chômage en France s’est inscrit à 9.2% au deuxième trimestre 2017 pour la France métropolitaine et 9.5% pour la France entière. C’est le chiffre le plus bas depuis le premier trimestre 2012. Pour la France métropolitaine, le taux de chômage était de 9.4% au deuxième trimestre 2012, le taux de chômage aura baissé de 0.2% durant la présidence de François Hollande.
Depuis 1987 le taux de chômage évolue autour d’une tendance qui se situe légèrement en dessous de 9%. Cette barrière pourrait être franchie au cours de l’année 2017.
Au regard de la conjoncture et de la dynamique constatée sur le marché du travail (291 9000 emplois créés sur un an dans le secteur privé) on peut anticiper un taux de chômage qui tendrait vers moins de 8.5% en 2018. Lire la suite

Le taux de chômage baisse en France

Taux de chômage s’est établi à 9.6% au T1 2017 ( 9.7% au T2 2012) après un plus haut à 10.5% au T2 2015.

C’est l’inversion de la courbe du chômage – Finalement le pari de Francois Hollande est gagné même si cela n’est pas suffisant et que la France est à la traîne. 

Cette allure est cohérente avec la conjoncture et les fortes créations d’emplois observées ces derniers mois (voir ici)

Optimisme aux Etats-Unis – Ma chronique macroéconomique

4 points à retenir cette semaine pour suivre la conjoncture

Point #1Les PME américaines sont très optimistes – Les ménages aussi
L’arrivée du nouveau président américain met en joie les dirigeants des PME aux USA. L’indice d’optimisme calculé par le NFIB est au plus haut depuis 2004. La rupture observée sur le graphe est spectaculaire.  Lire la suite

USA – Rapport sur l’emploi: sans véritable tendance

Le chiffre des créations d’emplois aux USA est resté modeste en octobre avec 161 000 emplois nouveaux mais avec un chiffre révisé à la hausse en septembre de 156 000 à 191 000.
Le taux de chômage revient à 4.9% contre 5% en septembre.
La dynamique des nouveaux emplois est moins vive et cela s’observe à travers deux graphes.
L’un qui compare mois après mois les créations d’emplois, les chiffres récents restent sur des niveaux modestes.
L’autre qui compare année après année les emplois nouveaux sur les 10 premiers mois de chaque année. Le point haut de 2014 est bien loin désormais. Nous ne sommes plus dans la phase ascendante du cycle. Lire la suite

Un graphe plus favorable sur l’emploi en France

La question de l’emploi reste posée en France. Chaque mois chacun s’interroge sur le chiffre qui sortira du chapeau de Pôle Emploi. Il y a ensuite des interprétations souvent excessives de ces données (même hors mois d’Août) débouchant sur la question systématique de la possibilité du retournement du chômage avant la fin de l’année.
Je crois que plutôt que de s’intéresser au chômage il serait plus positif et plus utile de se focaliser sur l’emploi car c’est lui qui in fine permettra la création de richesse. Lire la suite