Taux d’inflation à 1.9% en mai en zone Euro

Le taux d’inflation de la zone Euro s’est sensiblement accéléré en mai à 1.9% contre 1.2% en avril. Le taux d’inflation sous jacente est passé de 0.7% à 1.1%.
Deux raisons expliquent ce mouvement haussier
Le premier est un effet pétrole – La contribution de l’énergie passe de 0.25% en avril à 0.59% en mai. Cela représente l’impact de la hausse du prix de l’or noir. Ce phénomène n’est pas encore terminé et à prix équivalent en juin l’effet sera un peu plus fort avant de décélérer tout au long de la seconde partie de 2018
Le second effet est lié aux services dont la contribution est passé de 0.46% à 0.71% en raison d’un facteur saisonnier (pentecôte). Ce phénomène devrait s’éroder en juin.
Inflationze
Si le prix du pétrole se stabilise, ce qui semble être le message de l’OPEP la semaine dernière, alors le taux d’inflation va refluer au cours des prochains mois. La hausse temporaire de l’inflation ne devrait pas perturber la stratégie monétaire de la BCE.

Italie – La crise qui se profile

L’ajustement à la hausse n’est pas termine en Italie. Le taux du 10 ans est désormais proche de 3% et le spread avec l’Allemagne est à 270bp. Le bund allemand bénéficie d’un effet favorable en raison de sa capacité à être un actif refuge.
Avec un taux d’intérêt nominal proche de 3% et une inflation réduite (0.5% en avril), le taux réel italien est trop élevé au regard des perspectives de croissance. Le niveau actuel (2.5%) est au-dessus de la moyenne observée depuis le débit de l’euro (2.2%). C’est trop fort comparé à une tendance de croissance voisine de 1%. Cela a pénalisé l’investissement et va continuer de le faire limitant ainsi la capacité de rebond de l’économie italienne. La croissance italienne va franchement ralentir d’autant que le programme du gouvernement de transition sera austère comme c’est toujours le cas dans ce type de situation. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’économie de la zone Euro compte tenu de la taille très importante de l’Italie.
spreadtxitallfr

L’inflation britannique s’assagit

Après le référendum sur le Brexit les économistes avaient averti d’une probable accélération temporaire de l’inflation.
Celle ci a effectivement rapidement progressé un peu au-delà de 3% en novembre 2017 sous l’influence de la dépréciation de la monnaie britannique. Depuis cette date, le reflux est important puisqu’en mars le taux d’inflation est un peu en-dessous de 2.5%. Le taux d’inflation sous-jacent a suivi le même profil avec un retour à moins de 2.3% après avoir dépassé 2.4% à la fin de l’automne.
ru-2018-mars-inflation.png Lire la suite