Quelques points sur l’accord qui me posent un problème.

Le document en format pdf est FlashMarches_13_07_2015_FR

L’accord entre la Grèce et la zone Euro pose spontanément quelques questions parmi d’autres

La première est celle de la croissance: A quel moment dans le futur peut on imaginer un retour de la croissance en Grèce?
Ce ne sont pas les quelques mesures sur l’ouverture des magasins le dimanche, la libéralisation des pharmacies, des boulangeries et la réduction des professions protégées qui vont relancer la croissance.
Les objectifs qui ont été dévoilés par Tsipras, jeudi dernier, doivent conduire à une convergence du solde budgétaire primaire vers le niveau de 3.5% du PIB en 2018. Cette mesure n’est pas remise en cause mais sera certainement au cœur des discussions lorsque commenceront les négociations pour le 3ème plan de sauvetage.
En 2014, le relâchement de l’austérité avait permis de retrouver une allure plus robuste sur la croissance et l’emploi. L’incertitude qui a prévalu depuis l’arrivée de Syriza a infléchi cette tendance. Mais les effets de la hausse de la TVA et de la baisse des retraites remettent l’austérité au goût du jour et vont pénaliser la croissance.
A moyen terme, la réforme des retraites ira aussi certainement dans ce sens. Il faudra caler le profil des retraites sur la capacité de l’économie à générer des revenus. Or au regard du profil du PIB (baisse de 26% depuis 2009) ces revenus et les pensions qui y sont attachés seront plus réduits. Lire la suite

Propositions grecques: Les ingrédients pour un accord?

Le document en version pdf est FlashMarches_10_07_2015FR
Une mise à jour est disponible en anglais ici

Le programme présenté par Alexis Tsipras à la troïka reflète la volonté d’obtenir un accord afin de maintenir la Grèce dans la zone Euro. L’objectif est d’obtenir un troisième plan d’aide d’environ 50 Milliards sur 3 ans. Ce plan doit permettre à la Grèce de faire face à ses engagements.

Les mesures présentées et les objectifs budgétaires sont calés sur les requêtes qui étaient faites par la troïka le 26 juin.
A l’horizon 2018, le solde budgétaire primaire devrait s’inscrire à 3.5% du PIB contre moins de 1% cette année. Cela permettra de ne plus alimenter la dette grecque. Lire la suite

Grèce – Les dés sont jetés

Le document en format pdf est Grèce-1juillet

Les dés sont jetés.
La date limite pour les négociations entre le gouvernement grec et la troïka (FMI, Union Européenne, BCE) est passée mais aussi la Grèce n’a pas remboursé le montant de 1.6 Mds d’euros au FMI.
Pourtant, hier, un ultime volte-face, une ultime proposition de la part du gouvernement grec à la troïka a provoqué une réunion téléphonique sans succès de l’Eurogroup. Dans le même temps, l’appel du pied pour un report supplémentaire de l’échéance du FMI est resté lettre morte.
On relèvera que l’Union Européenne n’est pas restée inactive et a proposé la possibilité d’une renégociation de la dette grecque à partir d’octobre prochain (il ne s’agit pas de réduction comme souhaité par le gouvernement grec). Cette proposition, qui a provoqué celle en retour du gouvernement grec, n’était pas tenable car il n’y avait pas de réduction de la dette et obligeait Alexis Tsipras a appelé à voter « oui » au référendum de dimanche prochain contrairement à ce qu’il avait annoncé précédemment.
En outre, un émissaire grec indiquait que le référendum faisait partie de la stratégie de négociation et qu’un « non » massif obligerait la troïka à revoir sa copie si l’objectif était d’éviter la sortie de la Grèce de la zone Euro. Sur ce point, les propos ont évolué. Benoit Coeuré, de la BCE, a indiqué que cette possibilité n’était plus à exclure et Sigmar Gabriel, le vice-chancelier allemand, a indiqué lundi qu’un « non » massif ouvrait la porte à un Grexit.

L’horizon immédiat est désormais celui du référendum de dimanche prochain. Lire la suite